La croissance et le lien

Le titre de cet article fait référence à une très inspirante conférence du professeur Gerald Hüter , docteur en neurobilogie.

Je vous laisse découvrir cette conference avec plein d’humour et d’apports essentiels à la compréhension du developpement du cerveau des enfants et de l’apprentissage en général,  et je recentre sur ce qui a suscité un très fort interêt chez moi dans son discours.

Gerald Hüter explique qu’un enfant va faire in utero l’experience simultanée de la « croissance et du lien » et qu’il s’attends , à sa naissance à renouveler, continuer ces deux « experiences primitives ». C’est à dire trouver « quelque chose à découvrir et quelque chose à faire », grandir, s’autonomiser etc… et dans le même temps des bras accueillants, un accompagnement, une présence,« proximité et securité ». 

Les enfants ont besoins de ces deux experiences pour grandir le mieux possible et c’est un vrai défi pour les parents/adultes référents de les accompagner en ce sens.

Parce que ces nécessités des enfants amènent les parents à experimenter ou plutôt ré experimenter (puisqu’ils l’ont eux aussi vécu) le besoin d’un lien constant dans l’évolution parfois tumultueuse.

Aimer son enfant inconditionnellement , ne pas « monayer » cet amour dont il a tant besoin pour grandir en échange de la fierté ou de la bonne conduite.

Etre présent avec son enfant , au plus près de ses besoins même si cela implique remettre à plat notre vision du monde , le personnage qu’on s’est construit , l’enfant idéalisé que nous avions.

Accepter de remettre en cause des idéologie éducatives fort séduisantes intelectuellement en terme de rythme , d’alimentation , de sommeil, d’apprentissage …pour se mettre à l’écoute de ce petit humain en chair et en os.

En tant que parent , il me semble que le pari fou est de maintenir, entretenir, faire fleurir ce lien tout en acceptant d’être bousculé , bouleversé, au plus profond de ces convictions rassurantes qui nous permettaient parfois de ne pas aller creuser trop « là où ca fait mal » dans notre propre histoire. Parce que plus on « tombe en amour » devant cette méthode, cette technique, aussi respectueuse et bienveillante soit elle, plus on risque de vouloir couler son enfant dedans, de s’éloigner de ce qu’il est.

Le veritable défi serait donc de se mettre à nu , s’autoriser, nous aussi, parents, une vraie croissance (et pas un simple aménagement de nos convictions) et un mouvement continu , un réflexion anti-sclerosante basée sur nos ressentis , notre observation de nos enfants, la connexion que nous avons avec eux.

Que des écrits, des livres, des pages facbook nous apportent le matériau necessaire à tisser une belle relation mais, que l’on essaye pas de faire rentrer la relation dans le cadre donné par ces supports.

Préserver le lien à tout prix et croitre avec son enfant.

Une seconde naissance en quelque sorte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s